blog main imageSociété

Pourquoi la journée mondiale des friperies tombe dans l'indifférence la plus totale ?

Maurane Nait Mazi
17 août 2023
17 août 2023
4 min

Le 17 août est la Journée des friperies

Comme toutes les journées dédiées, l'objectif de la journée des friperies est de promouvoir et présenter les enjeux d'un sujet spécifique : ici, les fripes et leur commerce. Pourtant, cette journée peine à se faire remarquer dans les médias et ne bénéficie pas du soutien actif des professionnels du secteur. Comment peut-on l'expliquer ?

Raison 1 : la date


La plupart des friperies, comme de nombreux autres commerces, ferment leurs portes durant les congés estivaux. Difficile de trouver une friperie ouverte la semaine du 15 août ! De ce fait, le 17 août manque d’initiatives pour mettre en avant la fripe.

Raison 2 : le terme friperie

De nombreux acteurs du secteur ne se reconnaissent pas sous l'appellation friperie. Et pour cause, la friperie diffère du dépôt-vente, de la ressourcerie ou encore d'une trocquerie (Découvrir notre reportage : La seconde main qui ne s'achète pas mais qui se troque). Il faut également prendre en compte les activités d'upcycling et les commerces en ligne qui dépoussièrent l'image de la friperie.

Pour clarifier, qu'est-ce que la fripe ?

C'est un vêtement d'occasion (1). Un mot populaire synonyme de vêtement vieilli (2). 

Et une friperie ?

C'est un ensemble d'habits, de tissus, d'objets usagés et de peu de valeur (3). C'est aussi un commerce de détail revendant des fripes (4). L’approvisionnement des friperies dépend du choix de l'établissement : balles de vêtements acheminées par bateau depuis l'étranger, pièces chinées chez des particuliers ou issues de dons. Avant d'être proposés à la vente en friperie, les vêtements de seconde main sont collectés, triés et dispatchés.

Lire aussi : Une friperie déstocke 2 400 vêtements Shein : info ou intox ?

La définition est donc large, et les pratiques nombreuses et variées dans le commerce du vêtement d’occasion. Une appellation plus moderne serait sans doute plus pertinente pour faire parler de cette journée. Un terme générique engloberait mieux les professionnels concernés.

À noter qu'il n'existe pas de journée de la seconde main. Le sujet est mis à l'honneur durant tout le mois de septembre par le "Second Hand September : je relève le défi" lancé par OXFAM.

Lire aussi : Second Hand September 2023


Raison 3 : l'absence de couverture médiatique fiable

Les médias ne sont pas toujours les meilleurs alliés du réemploi. En effet, la confusion entre les notions de réemploi et de recyclage est fréquente. Le 18 mars, lors de la Journée mondiale du recyclage, la friperie est parfois présentée comme étant liée au recyclage.

Pour toutes ces raisons, cette journée demeure discrète. Mais n'attendons pas le 17 août pour sensibiliser et mobiliser autour du vêtement d'occasion.

Une journée nationale de la seconde main le 1er septembre serait la bienvenue. Elle mettrait en avant les enjeux du réemploi, réunirait l'ensemble des acteurs et marquerait le début du défi #SecondHandSeptember initié par Oxfam.

Lire aussi : Je quitte fast fashion pour lancer ma friperie. Amélie raconte sa reconversion

(1) V. "fripe", Judith Prigent, "Le guide de la mode vintage", éd. Le cherche midi, 2022, p. 183.
(2) V. "fripe", Le dictionnaire de la langue française.
(3) V. "friperie", Le dictionnaire de la langue française.
(4) Dans le même sens v. "friperie", le dictionnaire de la langue française ; Judith Prigent, ibidem.

Logo C moins C coeur


facebook icontwitter(X) iconinstagram iconlinkedin iconlinkedin icon

Notre newsletter

Subscribe to our newsletter

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
JE M'INSCRIS